3 Commentaires

Chips de patates douces

Les habitués ne seront pas étonnés de voir une énième recette de patate douce. Ici rien de compliqué, un petit grignotage qui remplace à merveille des chips de pomme de terre. 

Image

Ingrédients : 

  • 1 patate douce
  • Huile d’olive
  • Fleur de sel

Pour voir la recette faite en partenariat avec le e-commerce spécialisé en électroménager Imenager, clique ici pour être redirigé 🙂


11 Commentaires

Une geisha en kimono de soie croque dans {un sushi à la patate douce}

Non je n’ai pas été jusqu’à faire déguster ces sushis comme une geisha, c’est-à-dire à la « nyotaimori ». Oui tu as bien compris, je fais référence à cet art japonais ancien qui consiste à manger sur une femme nue. Alors non je n’ai pas été formée à cela, alors oui j’ai servi ça à M.Geek dans un bento, non mais ! Qu’allais-tu t’imaginer ?
Le « nyotaimori » est un art aussi complexe et raffiné que la calligraphie, je n’ai donc pas osé étranglé la tradition. {Et M.Geek n’avait pas 2000 yuan dans son porte-monnaie, chose qu’il ne faut pas négliger quand la deuxième démarque des soldes me fait de l’oeil}
Ces sushis ont eu un grand succès, sans me vanter, non non, tout le mérite revient à ma patate douce d’amour, qui me suit dans 90% de mes recettes, comme ici en pizza ou ici dans un burger.
Après avoir roulé avec soin mes sushis dans le pavot afin qu’ils en soient complètement enrobés, j’ai soudain eu quelques scrupules quant à la dangerosité de la chose : un ami, attiré par l’odeur de mes patates douces d’amour, me met la puce à l’oreille : « le pavot, c’est bien ce truc qui sert à fabriquer l’opium ? »    Wikipédia a vite élucidé le mystère : c’est du pavot de couleur blanche qu’on tire l’opium. Fiou ! Le pavot utilisé est du pavot bleu (bien qu’il m’apparaît plutôt noir, mais je ne dirai rien, accusée de daltonisme, les gens sont mauvais !).

Pour réaliser cette recette, il vous faut : (pour une quinzaine de sushis)

– 2 tasses de riz rond
– 3 tasses d’eau
– 4 cs de vinaigre de riz
– 3cs de sucre roux (ou blanc)
– 2 cc de sel
–  1 patate douce de taille moyenne
– 15 feuilles de menthe
– fleur de sel aux épices grillées de Madagascar Terre Exotique
– wasabi

Préparer le riz : le rincer plusieurs fois. Faire cuire 5 minutes à part des premiers bouillonnements à feu fort avec le couvercle, puis 15 minutes à feux doux sans couvercle, pour finir la cuisson et laisser s’évaporer l’eau de cuisson.

Pendant ce temps, éplucher et couper en lamelle de 2mm la patate douce. Badigeonner au pinceau le papier cuisson d’huile d’olive, ainsi que les patates douces. Saupoudrez de fleur de sel (celle que je cite dans mes recette m’a été offerte par mon partenaire, mais réellement, cette fleur de sel, c’est dingue, c’est fou, c’est bon).
Faire cuire au four à 200° 15 minutes (à voir selon les fours).

Préparer l’assaisonnement du riz : dans une petite casserole, faire chauffer le vinaigre de riz, le sucre roux et le sel jusqu’à ce que le sucre ait fondu. Laisser refroidir pour éviter que ça fasse cuire le riz.
Mélanger le riz et l’assaisonnement. Goûter et rectifier.

Une fois le riz tiède, former les sushis dans la paume de la main pour leur donner une forme allongée. Le secret pour une belle forme : une fois à peu prés formé en « rectangle », poser sur l’assiette et appuyer en posant le doigt sur la longueur du sushi, puis réajuster les côtés. A chaque sushi formé, le rouler dans l’assiette de graines de pavot afin d’en recouvrir les différentes faces (ne pas attendre de les avoir tous formé, à cette étape le riz est encore humide et le pavot colle plus facilement).

Mettre quelques gouttes de wasabi, une ou deux feuilles de menthe, et une lamelle de patate douce.

Laisser refroidir une demi-heure au frais avant de servir avec de la sauce soja et du gingembre confit, idéal pour rafraîchir entre deux sushis.


1 commentaire

Pizza de patate douce et feta

La patate douce, que je cuisine très souvent en accompagnement de poissons marinés à l’antillaise, ou en gratin de légume-pays… La feta, fromage caillé à base de lait de chèvre ou de brebis, originaire de Grèce, que j’aime manger dans une pita avec des tomates fraîches et des olives noires… La pizza, que j’aime à l’italienne avec du jambon italien, de la mozzarella et de l’origan.. Bon vous l’avez compris je suis vraiment un food addict !! Toujours dans l’esprit du metissage, le mélange des cultures et des saveurs. Cette pizza me fait penser à cette phrase  « le tout est supérieure à la somme de ses parties »car ça donne quelque chose de différent, de fou, fou, fou .. fou fou l’amour ! ahah

Préparer la pate à pizza : recette expliquée ici (ne pas mettre le curcuma).

Eplucher la patate douce. La couper en lamelle de 2mm. Sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisée, badigeonner avec un pinceau le papier, puis le dessus des patates douces. Asaissoner de fleur de sel. Faire cuire 15 minutes à 200°.

Etaler la pate avec un rouleau à pâtisserie. Etaler la crème fraîche, les lamelles de patate douces, la feta emiétée, et saupoudrer de piment doux.

Mettre au four 20 minutes à 200°. Ajouter les feuilles de menthe avant de servir.


1 commentaire

Hamburger de patate douce et pesto de roquette au citron vert

Qui a dit que Macd* avait le monopole du burger ! non mais ohhh !! moi je veux manger un burger à la maison, et pas pour %& euros ! Mon amour sans borne pour la patate douce fait que dans cette étape importante du premier burger de ma vie, elle m’a tenu la main. Patate douce m’a dit clairement que si elle était de la partie, elle ne voulait pas qu’on lui fasse d’ombre, j’ai bien compris qui elle craignait : la viande. Je lu ai dit ok. Après tout, je suis sûre que tu peux faire oublier à M. Geek que dans ce hamb y’a pas de viande. Par contre, toi toute seule entre deux tranches de pain, je trouve ça excesif, même si t’es trop sexy, orange, sucrée et tout et tout. Je te mettrai en équipe avec une echalotte, et surtout avec un pesto vert, qui contrastera bien avec ta peau colorée, car ici, on aime le métissage. Tu verras, ça sera un pesto à la roquette, car je sais comment sont les feuilles de basilic, je connais leur très fort caractère, j’aurai trop peur que tu te sentes effacée, car oui c’est toi la reine ce soir ! Donc, je me suis dit, si tu es d’accord, on mettra aussi du citron vert, car tu es un légume-pays, et je sais que toi et lui vous vous entendez super bien. Allez bisous patate, on va se régaler !

Pour réaliser ce bruger, il vous faut : (pour deux burgers)

  • deux pains burger (vous avez compris, je les ai achetés, c’est mal ! )
  • une demi patate douce
  • deux echalottes
  • une bonne poignée de roquette
  • pecorino romano (le parmesan va très bien aussi)
  • quelques pignons de pin
  • un demi-citron vert
  • huile d’olive
  • deux tranches d’emmental
  • fleur de sel

Couper en lamelle de 2mm la patate douce. La poster sur du papier sulfurisé, et badigeonner d’huile d’olive au pinceau. Saupoudrer de fleur de sel. Mettre au four 20 minutes (10 minutes de chaque côté).

Faire cuire à feu doux l’échalotte coupée en fines lamelles.

Préparer le pesto : mixer la roquette, les pignons de pins, le pecorino romano, et le citron vert.

Sur les pains, disposer une bonne couche de pesto, les échalottes, les lamelles de patate douce cuites, la tranche de cheddar, et fermer.

Faire cuire 5 minutes au four.